Mariejosé Alie : la voix de la Martinique

Portrait intime autour de « l’expression la plus aboutie de la démocratie ».

Chers lecteurs,

J’ai comme l’impression que mes rencontres et mes portraits vous inspirent de plus en plus. Je continue sur ma lancée au travers de nouveau partage avec vous. Comme vous avez pu le remarquer depuis quelques rencontres, j’élargis mon panel pour vous offrir une plus grande diversité thématique. Je me lance dans cette nouvelle série pour mon blogue.

Il y a des rencontres qui sont dues au fruit du hasard de la vie. Celle que je tiens à partager avec vous en fait parti. Au cours d’un dîner j’ai eu la chance de rencontrer une grande journaliste, chanteuse, écrivaine à l’accent chantant de la Martinique. J’ai ainsi tenté ma chance et avec beaucoup de simplicité, Mariejosé Alie a accepté ma proposition d’interview pour que je retrace son parcours de vie avec vous. Journaliste de formation, chanteuse, écrivaine. Une vraie touche-à-tout venue de la Caraïbe.

Le parfait exemple pour continuer ma série de portrait. Voici l’issue de la rencontre à son domicile parisien le mercredi 12 juin 2019. Un vrai moment sincère de partage et de confidences intimes.

Bonne lecture !

@romainbgb – 17/06/19

IMG_3780

Mariejosé ALIE au tambour à l’Olympia – © crédit photo : Droits Réservés

Lire la suite

Publicités

Aurélien Bellanger : entre photographie et philosophie

Entre photographie et philosophie : un chroniqueur d’aujourd’hui.

Chers lecteurs,

Dans la continuité de mes entretiens culturels, je vous propose un nouvel invité littéraire. Habitué matinal des ondes radiophoniques, je vous fait part d’une rencontre qui me tenais à cœur. Cet aspect littéraire, qu’un écrivain puisse tronquer sa plume pour sa voix, m’intriguait. J’ai percé le mystère en la personne d’Aurélien Bellanger.

Chroniqueur matinal qui apporte sa conclusion sur les ondes de France Culture, je me suis décidé de partir à sa rencontre. Me voilà récompensé, je le partage avec vous la discussion téléphonique que l’on a eue le mercredi 22 mai 2019.

Bonne lecture !

@romainbgb – 30/05//19

BELLANGER Aurélien photo 2018 Francesca Mantovani - Editions Gallimard 1026

Aurélien Bellanger – ©Francesca Mantovani-éditions Gallimard

***

Lire la suite

Les photographes et le Président – l’Instantané Politique.

Les Photographes et le Président

Les Photographes et le Président – crédit photo : Sébastien Calvet – Droits Réservés

Ne jamais rester dans des cases. L’ouverture d’esprit passe par là.

Je me suis donc rendu hier soir, à l’invitation de l’Instantané Politique, au Forum des Images, pour une rencontre autour de photographes de Presse et d’un ancien président de la République : M. François Hollande. Les gens qui me connaissent savent ce que politiquement je puisse en penser de ce personnage politique ; mon objectif était tout autre : découvrir l’Homme derrière le masque. Je n’en fus pas déçu !

Effet humour corrézien garantie !

Lire la suite

Entre #Gary et #Kipling : Édouard #Bureau – Un lion d’aujourd’hui ?

Chers lecteurs,

Il y a des familles où la fibre littéraire est plus présente que d’autres. Après avoir découvert le grand frère chanteur, place au petit frère auteur. Dans un esprit de rencontre et de partage, je me suis lancé, à l’aide d’un gazouillis sur la branche, dans une demande d’interview avec le néo-auteur. Me voilà récompensé sur le chemin de la rencontre et de l’écriture pour le partager avec vous sur mon blogue.

Véritable maturité dans l’écriture et dans la pensée, dans la lignée d’un Romain Gary ou d’un Joseph Kessel, Edouard Bureau, 26 ans, nous emmène en Afrique avec son premier roman : Le Lion sans crinière, paru en janvier aux éditions Sable Polaire.

Magie de l’instant, je vous partage la discussion que j’ai eue avec lui, le lundi 29 avril 2019, dans un café parisien.

Bonne lecture !

@romainbgb – 07/05//19

Edouard Bureau

Edouard BUREAU – ©Julien MIGNOT – Droits réservés

Lire la suite

Frédéric Vallois : Herr com’ politique / com’ privée

Portrait de Frédéric Vallois : Herr com’ politique / com’ privée.

Chers lecteurs,

Me revoilà sur le chemin de la rencontre et de l’écriture.

Je vous fais part d’un entretien que j’ai eu avec Frédéric Vallois, le jeudi 17 janvier 2019, dans un café parisien.

Gazouilleurs, vous voilà récompensé avec cet échange nourri avec le directeur de la communication interne et éditoriale d’un grand groupe de médias : VIVENDI.

Histoire de garder ma trame éditoriale, je vous propose de découvrir le parcours de communicant, qui est passé aussi bien par le secteur public que privé. Un vrai apprentissage et une expérience de vie pour comprendre le parcours qui est le sien.

Voici pour vous l’échange que j’ai pu avoir avec lui.

Bonne lecture !

@romainbgb – 08/02/19

 

Vallois Frederic - 003 - Brute

Frédéric VALLOIS – © Manuel Braun – Droits Réservés

*** Lire la suite

Dix ans

« Dix ans à l’aube, à l’heure où blanchit la campagne … »

Cette date promise m’est toujours parut si proche, mais dans le même temps, si lointain… Ce café, prit en toute quiétude durant cette hiver 2009 me semble déjà si loin. Et pourtant ! … La pluie avait donné rendez-vous aux températures glaciales de l’Hiver. Rien ne semblait pouvoir réchauffer l’atmosphère ambiant. Contre toute attente, le thé qui me fut servi eut son effet escompté ! Une amitié pointa le bout de son nez. La marée passe. Dix années s’achèvent avec ; Notre chemin commun prend son sens.

Réflexion de vie

Lire la suite

La Satisfaction

Satisfaction               être heureux        

                       Bonheur                           moment de plaisir

Assouvissement de ses envies

Volonté d’être heureux                       trouver la recette de sa vie

snoopytyping.jpg

On pense (pouvoir) trouver un espace de bonheur dans sa vie, on n’est guère sûr de la conclusion. Doit-on pour autant se convaincre que la vérité se trouve ici ? Le moment le plus significatif dans une vie (au travail) serait il donc celui où l’on s’est amusé le plus ? Être aller travailler en s’amusant. Combien de fois ai-je entendu mon grand-père me dire ça ! Une des clefs de la réussite serait elle celle ci ? Acquérir une forme d’amusement pour permettre de trouver le bonheur (son ?) dans son travail. Tout est question de point de vue.

Ce n’est pas toujours le bon angle de vue. On finit par trouver son point d’ancrage qui nous convient. Le ton est donné ! Reste à trouver au fond de ma mémoire à quel moment le déclic est apparu. Ceci permettant de trouver/analyser la période en question qui nous amènera à la satisfaction. Le maitre mot de l’exercice pour pouvoir comprendre comment arriver au point d’ancrage de notre vie active. C’est là que tout se complique. Il faut se méfier des prérequis. Nul n’est à l’abri ! La pensée et son travail sont le moteur de l’action. Chaque pas est un but ; ne l’oublions pas !

Sachons trouver le chemin du bonheur qui sommeille en nous. Où puiser cette force pour admettre la beauté de la vie ? Est-on responsable de la volonté d’être heureux qui sommeille au fond de nous ? La volonté d’agir ? Le courage apparaît dès lors comme une solution de répit (replis ?). Ce n’est pas pour autant que la solution magique est toute trouvée. Il faut encore persévérer au fond de soi pour gagner et prendre la confiance qui nous permettrait d’avancer. Le bonheur n’est pas une chose aisée, donné à tout le monde. Une forme de bataille interne commence pour lutter contre soi-même. Le Saint Graal est encore loin avant d’arriver à ce bonheur ultime.

Je ne peux pas directement citer d’expérience de bonheur dans le monde du travail. Un retour du bâton a toujours eu lieu, histoire de me rappeler à son bon souvenir … Ce n’est pas pour autant que j’ai baissé les bras et négliger la fin de mon travail. Juste, les éléments n’étaient plus les même que ceux initiaux, la donne avait changé. Il faut savoir frayer son chemin dans cette jungle urbaine. De tout temps, de toute époque, les relations humaines n’ont jamais été simples. A nous de savoir trouver/voir son bonheur. La route est bien entamée mais il ne faut pas désespérer et poursuivre coute que coute son chemin. La survie dans ce monde de brut en est le moteur.